Commission FS3 à la DGAFP

Le Président du SNSH assistait ce matin – en tant que représentant de la Fédération des Services Publics de la CFE-CGC – à la réunion de la Commission FS3 ‘ »Formation Spécialisée Egalité, Mobilité et parcours professionnels« .

Cette réunion était présidée par M. Thierry LE GOFF – Directeur Général de l’Administration et de la Fonction Publique – et M. Philippe LAURENT.

L’occasion de faire un point sur le pré-« Rapport annuel sur l’Egalité professionnel entre les femmes et les hommes dans la Fonction Publique » et sur l’évolution de la parité hommes-femmes – en terme de carrière, de rémunérations, etc… – dans la Fonction Publique.

Le président du SNSH est longuement intervenu en rappelant que :

 » Si ce rapport avait le mérite d’exister, il ne fallait pas oublier depuis les bureaux ministériels parisiens la réalité du terrain que pourraient masque des chiffres globaux.

S’il y a effectivement lieu de se réjouir des 47% de femmes diplômées dans la fonction publique, il ne fallait pas pour autant manquer de se poser la question sur la réelle reconnaissance des diplômes supérieurs, et notamment le doctorat qui est au mieux reconnu comme un diplôme d’ingénieur voire de technicien supérieur.
Nous parlions d’inégalité de recrutement, nous pourrions évoquer le cas d’une collègue du CH de X recrutée sur une grille d’Agent Médico-Administratif (secrétaire médicale) pour un métier d’ingénieur ! Quelle équité des salaires et quelle exemplarité ?

Nous évoquions l’équité dans les recrutements et exemplarité des employeurs publics : Je pourrais évoquer le cas d’une collègue contractuelle Bac+8 du CH de Y en train de candidater sur un poste d’ingénieur de recherche (pour mémoire la Loi ESR définit le doctorat comme étant la formation à la recherche par la recherche) et dont on sait déjà que ce sera un homme Bac+3 ayant passé une VAE qui sera recruté et titularisé. Quelle exemplarité encore ?
Exemplarité de la Fonction Publique ? Nous pourrions également évoquer la libre adaptation – à la baisse évidemment – par les CHUs du Répertoire des métiers généré par les personnels de la DGOS, et la nécessité d’en faire un document opposable en terme de pesée de métiers.
Une « Société plus juste » comme l’évoquait Mme Françoise Mme Françoise DESCAMP-CROSNIER.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *