Réunion FS3 du CCFP

Ce matin, se tenait à Paris, dans les locaux de la Direction Générale de l’Administration et de la Fonction Publique (DGAFP) une réunion de la Formation Spécialisée n°3 « Egalité, Mobilité et Parcours Professionnels » du Conseil Commun de la Fonction Publique. Le président du SNSH, Emmanuel FLORENTIN, y siégeait en tant que membre suppléant et représentant la CFE-CGC.

Une première partie de cette réunion a été consacrée à la présentation du Rapport ROUSSELLE sur « Les écoles de service public et la diversité ». Olivier ROUSSELLE, conseiller d’Etat, et Pauline PANNIER, Maître des requêtes  au Conseil d’Etat présentaient ce rapport.

Cette dernière a notamment évoqué au cours de sa synthèse le recrutement des contractuels qui ne peut être laissé à l’appréciation des seuls recruteurs et la nécessité d’adopter une charte du recrutement qui assurera le respect des principes de bases de la Fonction Publique en terme d’égalité et de traitement.

Le président du SNSH est intervenu au titre de la CFE-CGC pour se féliciter de ce constat, de rappeler l’impérieuse nécessité :

  • de la reconnaissance de métiers dits émergents (même si certains émergent depuis près de 20 ans) par delà tous blocage de lobbies ;
  • que l’absence de métiers reconnus entraînait ipso-facto une absence de titularisation potentielle pour des personnels ayant une forte implication dans la Fonction Publique
  • la nécessité de grilles de rémunérations homogènes qui ne soient ni d’une part établissement dépendantes, ni du seul fait des capacités individuelles de négociations, ni enfin établies sur des grilles locales – supposées avoir disparues – parfois folkoriques ;
  • la nécessité que la réforme LMD aille jusqu’à son terme en reprenant en compte le « D« octorat ;
  • il a rappelé enfin que par delà des légitimes règles de recrutement devait également prévaloir un certain bon sens (cf. notre article « Vous avez un doctorat, passez un DUT« )

En réponse à ces questions, Olivier ROUSSELLE précisait qu’il était, en tant que spécialiste du contentieux dans la FPH, particulièrement conscient de ces problèmes, que beaucoup de statuts précaires liés à de nouvelles compétences au niveau de la biologie – entre autre – ne correspondaient pas à des métiers répertoriés impliquant des conditions de recrutement peu claires.

Philippe LAURENT, président  de la Fonction Spécialisée a rappelé que des textes pour l’intégration du Doctorat étaient en préparation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *