Ingénieur Recherche Hospitalier vs Ingénieur Etude Hospitalier

IR8_IE5_Connaissances

Comparaison “Connaissances” entre “Ingénieur de Recherche” et “Ingénieur d’Etude”

La Recherche Clinique en CHU a donc clairement fait la dichotomie, comme les autres grands instituts de recherche (INSERM, CNRS) entre :

  • Ingénieurs d’Etude Hospitalier (IE / Bac+5) et
  • Ingénieurs de Recherche (IR / Bac+8).

La distinction s’opère au niveau du degré de maîtrise (échelonnés sur une échelle de 1 à 4, cf. ci-dessous) des « connaissances » que du « savoir-faire ».
L’IE est donc clairement dans l’ « Adaptation et la mise en œuvre des évolutions technologiques et/ou organisationnelles pré existantes dans tous les domaines liés à la santé », c’est-à-dire la mise en œuvre de nouvelles technologies développées par l’IR dont la mission est de « Concevoir et développer des ruptures technologiques et/ou organisationnelles dans tous les domaines liés à la santé ».
Nous sommes donc bien dans deux versants différents d’une même problématique : « mise en œuvre de l’existant » vs « conception de nouvelles technologies ».

IR8_IE5_SavoirFaire

Comparaison “Savoir-Faire” entre “Ingénieur de Recherche” et “Ingénieur d’Etude”

Cette avancée, aussi intéressante, soit-elle n’est pas une fin en soit mais un début.
De nouvelles batailles s’engagent :

  • Sur le front de la Biologie qui, comme nous l’écrivions dans notre communiqué de presse s’est « heurtée à des blocages lobbystiques et corporatistes de catégories socio-professionnelles soucieuses de conserver leur pré carré ». Nous consacrerons notre prochain Flash Info exclusivement à cette thématique avec force d’exemples ;
  • Sur le front de l’harmonisation, au plan national et local, des grilles indiciaires de Docteurs en Sciences, quelle que soit leur affectation au niveau de nos CHU : recherche clinique, pôles de biologie et d’autres secteurs d’activités. Harmonisation compatible avec notre niveau d’expertise, de compétences et d’études.

Fiches Métiers disponible sur le site du Ministère de la Santé : IE BAC+5 / IR BAC+8
Fiches Métiers également disponible sur notre site : INGENIEUR ETUDE HOSPITALIER IE5 / INGENIEUR RECHERCHE HOSPITALIER IR 8

 

Le doctorat fait son entrée dans la Fonction Publique Hospitalière

2015 02 10 LE DOCTORAT FAIT SON ENTREE DANS LA FPH

Communiqué de Presse

 

Si cette nouvelle peut sembler paradoxale. Il s’agit bien d’une réalité.

La première reconnaissance du Doctorat (hors thèses d’exercice de médecine et pharmacie) pour l’exercice d’un métier : “ Ingénieur de Recherche Hospitalier(IR / Bac+8) au sein de la Fonction Publique Hospitalière.

Le Syndicat National des Scientifiques Hospitaliers (SNSH) se félicite de cette avancée majeure à laquelle il a fortement contribué.

Depuis avril 2013, le SNSH a activement travaillé avec le « Ministère des Affaires Sociales, de la Santé et des Droits des Femmes » et plus particulièrement avec la « Mission d’Etude Impact Métiers et Masse Salariales » (DGOS) dans le cadre de la mise à jour du « Répertoire des Métiers et Emplois de la Fonction Publique Hospitalière ».

(lire la suite dans notre communiqué de presse)

 

Répertoire National des Métiers en Santé : sortie repoussée

RMFPHLe SNSH attendait comme annoncé depuis plusieurs mois la sortie de la version 3 du Répertoire des Métiers en Santé pour mi-juin.
Le Ministère vient de nous informer que cette sortie était repoussée à mi-septembre.

Sans dévoiler quoi que ce soit, les choses semblent avancer de manière satisfaisante dans le domaine de la « Recherche Clinique ». Il n’en est pas de même au niveau des « Soins Médico-Techniques » pour ce qui concerne la biologie.

Comme nous l’écrivions encore récemment au Ministère de la Santé « Les Scientifiques en Biologie, présents dans les CHU depuis plus de 20 ans, ne peuvent en permanence faire l’objet d’un déni de la réalité de la part des médecins biologistes ou pharmaciens biologistes, voire de syndicats d’internes en biologie, très soucieux tout à la fois de déléguer leur travail, tout en conservant leurs prérogatives et avantages. (…) Il est difficilement concevable que l’on puisse tout à la fois considérer que les métiers de « Infirmiers de Soins Généraux », « Infirmiers de Bloc Opératoire », « Infirmier Anesthésiste » ou « Infirmière Puéricultrice » soient des métiers différents, que l’on envisage par ailleurs la création supplémentaire « à la demande du Président de la République » de métiers d’« Infirmier Clinicien » ou d’ « Infirmière en pratique avancée » (1)  et que l’on refuse dans le même temps la légitime reconnaissance des scientifiques biologistes au motif officieux que « trois métiers distincts pour les scientifiques suffisent  ».

Le SNSH ne désarme pas pour autant et continue d’œuvrer activement, même durant la période estivale, auprès d’élus et des cabinets ministériels pour que ce déni de réalité soit enfin levé.

(1) cf. APM Info du 25 mars 2014 « Projet de Loi de Santé : la DGOS prépare un article sur les futures professions médicales de pratiques avancées »

Répertoire National des Métiers en Santé, le SNSH a rendu sa copie

RMFPHLe SNSH a rendu, il y a quelques jours, sa copie à la MEIMMS (Mission Etude Impact Métiers et Masse Salariale) du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé en charge de la réactualisation du “Répertoire des Métiers de la Fonction Publique Hospitalière“.

En prévision de la sortie du Répertoire National des Métiers de la Santé (nouvelle appellation de l’ex répertoire des métiers) en théorie à la fin du premier semestre 2014, le SNSH vient de finaliser la relecture et d’apporter ses amendements sur les fiches métiers de la “Recherche Clinique“.
La DGOS a ensuite dégagé des synthèses issues des divers amendements des relecteurs institutionnels.

Le SNSH avait également soumis des amendements sur certaines fiches métiers de la sous famille “soins-médico-techniques“, mais plus important encore une nouvelle fiche métier.
En effet, en parallèle de la recherche clinique – relativement récente dans nos hôpitaux (cf. circulaire DGOS 252 du 26 mai 2005), les Docteurs en Sciences exercent depuis plus de 20 ans, au sein de plateau techniques de biologie, des missions d’importance directement issues de leur formation de pointe dans le domaine de la biologie.

Cette semaine doit se tenir un comité de pilotage devant, entre autre, statuer sur ce nouveau métier que nous avons soumis.
Nous fondons de sérieux espoirs sur la reconnaissance de ce dernier. Il n’est en effet pas envisageable de continuer d’accepter d’éventuel déni de la réalité quant à notre existence, notre travail et notre investissement au sein de nos CH/CH(R)U.
Le maintien des prérogatives et privilèges des uns doivent, au travers de ce métier, ce concilier avec la juste et légitime reconnaissance des autres.