Gestion des personnels scientifiques des établissements publics de santé : Une gestion par l’absurde !

Le SNSH a alerté nos Ministres de tutelle sur la gestion, peu rationnelle, faite de l’usage des personnels scientifiques en milieu hospitalier durant la crise sanitaire : “renfort de vigie”, “garde d’enfants”, etc… !

De nouvelles dispositions [Arrêté du 3 mai 2020] permettent de mobiliser les compétences scientifiques dans le cadre de la crise COVID.
Nous avons voulu ici apporter l’éclairage d’une de nos adhérents sur cette aberration de gestion ! Pendant que des personnels sont maintenus en position de télétravail ou en ASA, les CHUs recrutent des personnels techniques !

Au CHU, plusieurs techniciens de Labo, dont des personnes expérimentées dans les analyses de microorganismes/virus par PCR, RT-PCR et qPCR, se sont portés volontaires dès la mi-mars et redisent régulièrement leur disponibilité.
Dans notre laboratoire, la directrice est en lien avec l’Université, les autres directeurs de laboratoires et l’Inserm pour communiquer chaque semaine sur les équipements et personnes disponibles.
L’ARS a depuis des années la liste des diplômés mobilisables en cas de plan blanc.
Cependant aucune consigne ni nouvelle du Pôle Recherche dont nous dépendons en direction de tous le personnel CHU détaché sur des laboratoires de recherche.
La mère d’une collègue a reçu un coup de fil en tant que technicienne de laboratoire retraitée et a donné son accord pour travailler.
Et à côté de ça, une autre collègue voit passer par son ancien IUT des recrutements de techniciens de laboratoires par deux grands CHUs de la Région !
Pourquoi des recrutements et ce type d’arrêté [1], alors que des gens compétents sont motivés, disponibles pour agir et surtout payés chaque mois par la fonction publique hospitalière pour attendre d’éventuel consignes depuis 2 mois?
Où est le blocage?
Même au yeux de nos contacts extra professionnels (famille, amis), ce gâchis va finir par se voir.
[1] Arrêté du 3 mai 2020 complétant l’arrêté du 23 mars 2020 prescrivant les mesures d’organisation et de fonctionnement du système de santé nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire

Lucie, Docteur en Sciences, travaillant en CHU




Reconnaissance du COVID-19 comme maladie professionnelle ! Oui, mais pour tous les personnels hospitaliers.

Le SNSH et nos collègues d’Acteurs Santé, viennent de saisir le Ministre des Solidarités et de la Santé afin que la COVID-19 soit reconnu comme maladie professionnelle “automatique” pour l’ensemble des personnels hospitaliers : scientifiques, administratifs, logistiques, informatique, autres paramédicaux, cadres de santé et tant d’autres personnels et métiers nécessaires au fonctionnement quotidien et optimal de nos établissements de santé.

FPH et financement de CDI “non pérennes” ! Le SNSH saisit Olivier VERAN et Gérald DARMANIN.

Dans son allocution de 13 avril dernier, le Président de la République mettait en exergue les talents des chercheurs français, la reconnaissance de la France en la matière et la qualité de ces ressources. Il précisait par ailleurs que « Notre pays s’investira encore plus massivement dans la recherche » en saluant l’investissement des « chercheurs et médecins travaillant d’arrache-pied ».
Au sein de la Fonction Publique Hospitalière, nombre de personnels (technicien d’études cliniques, coordinateurs d’études cliniques, ingénieurs d’études cliniques, ingénieurs de recherche, et bien d’autres métiers) exercent des missions d’investigation et de recherche clinique et / ou fondamentale.
Ces personnels contractuels sont majoritairement recrutés en CDI sur des financements dits « non pérennes ».
Le SNSH a saisit le Gouvernement afin que des négociations soient ouvertes afin que des agents sous « rémunération non pérenne » depuis plus de 6 ans, soient de facto considérés comme des agents publics disposant de lignes budgétaires pérennes afin que cessent ces pressions psychologiques et ce chantage au licenciement, et que ces derniers disposent d’un réel parcours professionnel au sein de la Fonction Publique Hospitalière.

» Lire la suite

Le SNSH saisit Olivier VERAN pour lever des ambiguïtés sur la prime versée à la Fonction Publique Hospitalière.

Dans le prolongement du communiqué de presse – ambiguë – d’Olivier VERAN concernant le versement d’une prime à tous les personnels hospitalier, le SNSH saisit le Ministre des Solidarités et de la Santé pour des compléments d’information.

Des précisions sont également demandées afin qu’une réflexion globale (reconnaissance, rémunération) soit menée sur l’ensemble des métiers de la Fonction Publique Hospitalière, dont les métiers dits “nouveaux”.

» Lire la suite

Ministère de l’Action et des Comptes publics : Questions/ Réponses à l’attention des employeurs et des agents publics dans le cadre de la gestion du Covid-19

1 – Comment organiser le travail des agents à distance ?
2 – Comment assure-t-on la continuité de services publics ?
3 – Quels agents participent aux plans de continuité de l’activité (PCA) ?
4 – Quel système de garde est mis en place pour les enfants du personnel soignant ?
5 – Quelles mesures doivent être respectées entre collègues lors d’un PCA en présentiel ?
6 – Quelles mesures de précaution prendre à l’égard des agents assurant la continuité de l’activité et ayant un contact avec le public ?
7 – Quelles mesures prendre si un agent du service est contaminé ?
8 – Existe-t-il des missions incompatibles avec le droit de retrait ?

Les réponse en téléchargement sur ce lien !

Décret n° 2020-297 du 24 mars 2020 relatif aux heures supplémentaires et à leur dépassement dans les établissements mentionnés à l’article 2 de la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière

Nouveau décret définissant un plafond unique d’heures supplémentaires dans les établissements relevant de la fonction publique hospitalière. Il étend à l’ensemble des établissements relevant de la fonction publique hospitalière la possibilité de bénéficier, dans certaines circonstances et sur décision du directeur général de l’agence régionale de santé ou du représentant de l’Etat dans le département, d’une autorisation de dépassement du plafond des heures supplémentaires.

Prendre connaissance du texte en cliquant sur ce lien

1 2 3 4 7